Nous joindre

Adresse postale
Département d'histoire de l'art
Case postale 8888,
succursale Centre-Ville
Montréal, Qc H3C 3P8

Adresse civique
315, rue Sainte-Catherine Est
local R-4325

Heures d'ouverture du
secrétariat (R-4325)
Lundi au vendredi
de 9h à 12h et de 13h à 17h
(sauf l'été)

Pour nous joindre
Téléphone: 514 987-4111
Télécopieur: 514 987-6615

Courriel:
dep.histoire.art@uqam.ca

credit

Angela Grauerholz, Salle de lecture de l’artiste au travail (2003-2004), vue d’exposition, 2006 à VOX centre de l’image contemporaine, Montréal.
Photo : Michel Brunelle

Sarah Pierce, Future Exhibitions, vue de la performance, 2010. Vue de la performance dans l’exposition Push and Pull à TATE, Londres.
Photo : Tim Brotherton

Vue de l’exposition Loin des yeux près du corps, oeuvres de Marie-Claude Bouthillier et Angèle Verret, commissaire Thérèse St-Gelais, Galerie de l’UQAM, 2009.
Photo : L. P. Côté

Visite des étudiantes à ARTEXTE, centre de recherche à Montréal, 2014.
Photo : Barbara Clausen

Shary Boyle. Vue de l’exposition La chair et le sang, Galerie de l’UQAM, 2011.
Photo : Laurence N. Béland

Wim Delvoye. Vue de l’exposition Cloaca N°5, Galerie de l’UQAM, 2009.
Photo : L. P. Côté

David Almejd. Vue de l’exposition Conte crépusculaire, Galerie de l’UQAM, 2011.
Photo : L. P. Côté

Anne-Marie Ouellet. Vue de l’exposition Faction, Galerie de l’UQAM, 2011.
Photo : L. P. Côté

Vue d’exposition, Haute Couture avec Esther Trépanier au Musée national des beaux-arts du Québec, à Québec, 2010.

Étude d’un site de peintures rupestres en Abitibi par des étudiant.es du baccalauréat en histoire de l’art de l’UQAM (2006).
Photo : Daniel Arsenault

Vue de l’exposition Babette Mangolte, à VOX centre de l’image contemporaine, Montréal.
Photo : Michel Brunelle

Gibraltar Archives, 2011.
Photo : John Cummings, Wiki Commons.

Vue de l'Alte Pinakothek en 1900, Munich, Allemagne, Leo von Klenze (1784-1864) architecte, Wiki Commons.

Yann Pocreau, Ensemble numéro un. Vue de l’exposition basculer, Galerie de l’UQAM, 2007

image06.jpg

Professeurs

eduardoRalickas

Eduardo Ralickas

Professeur

Ph.D. Histoire de l'art (École des Hautes Études en Sciences Sociales et Université de Montréal)

Profil des professeurs UQAM

Curriculum Vitae

Eduardo Ralickas détient un doctorat en histoire de l'art de l'École des Hautes Études en Sciences Sociales (ÉHESS) et de l'Université de Montréal. Sa thèse, intitulée Naissance de l'art performatif : Étude sur les prémisses du moment romantique en Allemagne, porte sur les liens entre art et philosophie dans le premier romantisme allemand. Il s'intéresse à la dimension pragmatique des discours et des images, et ses recherches investissent un corpus théorique et artistique s'échelonnant du XVIIIe siècle à nos jours. Entre 2006 et 2012, il a enseigné à l'Université de Montréal et à l'Université Concordia et s'est impliqué dans le milieu des arts visuels montréalais à titre de commissaire, de rédacteur et de critique d'art. Il a également traduit de nombreux textes d'auteurs contemporains.

Téléphone: 514 987-3000, poste 5346
Télécopieur: 514 987-6615
Local: DS-3555
Courriel: Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Domaines de spécialisation et intérêts de recherche

  • Théories et philosophies de l'art
  • Esthétique
  • Art contemporain
  • Romantisme allemand
  • Pragmatique du discours sur l'art
  • Histoire et théorie de la performativité
  • HAR1405 - Initiation aux techniques et aux instruments de recherche en histoire de l'art
  • HAR4420 - Esthétique et philosophie de l'art

Mes recherches s'articulent autour de trois problématiques. D'une part, je travaille sur la question de la performativité dans l'art et les théories de l'art du XVIIIe et XIXe siècles, notamment dans le romantisme allemand. Dans cette optique, je m'intéresse aux glissements entre discours philosophique (Fichte) et discours artistique (Novalis, Fr. Schlegel, A.-W. Schlegel). L'enjeu principal de ces travaux est d'éclairer le geste inaugural du romantisme, qui consiste à mettre hors jeu les opérations de la raison en les « prolongeant » au nom de l'art.

D'autre part, je me penche également sur la survivance du paradigme romantique dans l'art contemporain. Selon mon hypothèse de travail, le romantisme constituerait une discontinuité sur le plan historique qui détermine encore largement le paradigme artistique dans lequel nous évoluons aujourd'hui. Les pratiques dites relationnelles ou sociales jouent un rôle important dans ma réflexion.

Un troisième volet de mes recherches relève d'une démarche méthodologique : il s'agit d'interroger des discours emblématiques sur la figurabilité, dont le mode d'argumentation s'appuie massivement sur des figures imprimées, afin de poser la question de la figurabilité de ces mêmes discours. Je m'intéresse particulièrement aux figures qui accompagnent les textes et dont la fonction est d'opérer la relève du discours savant à des moments clés de l'argumentation. Je cherche à saisir le statut épistémologique de ces images, qui sont à la fois l'objet du discours et la matrice de production du savoir qu'on y propose. Ces recherches s'inscrivent dans un projet plus large : celui d'une épistémologie des usages de l'image en histoire de l'art.

Cours donnés

  • HAR1405 - Initiation aux techniques et aux instruments de recherche en histoire de l'art
  • HAR4420 - Esthétique et philosophie de l'art